Bonjour à tous, les amis,

 

Je suis ravie de vous retrouver pour ce septième défi des 30 jours de défi pour parler avec vous des attitudes et des compétences nécessaires pour être un vrai coach d’élite. Qui je suis ? Je suis Brigitte Fayet, coach, consultante, formateur, infopreneur, conférencière ; et je suis la créatrice de l’institut ABC-Program – Advanced Business Coaching, où nous formons des coachs d’élite avec une équipe formidable d’experts.

 

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de la compétence d’avoir une vraie technique de coach d’élite. Alors, qu’est-ce que j’entends par avoir une vraie technique de coach d’élite ? C’est une compétence fondamentale, et elle est associée à d’autres compétences. Nous entendons beaucoup de personnes autour de nous dire : « Je suis un coach parce que je sais écouter. », « Depuis des années, je comprends mon mari, je comprends mes amis, je comprends mes enfants. » Malheureusement, le coaching, ou les compétences de coaching ne s’arrêtent pas là. Ce serait bien facile.

 

Je rejoins tout à fait François Delivré, qui est un coach de renommée et un conférencier, et qui dit clairement qu’il ne suffit pas de savoir écouter, donner des conseils, de savoir parler avec son cœur pour être un coach. Cela va beaucoup plus loin que ça. Certains vont me dire, l’empathie aussi ne suffit pas ; mais il va falloir aussi la développer. Alors, comme je vous disais, je rejoins ce que disait François Delivré à 200 % sur ce qu’il appelle la notion des compétences pour être un vrai coach d’élite.

 

Il faut avoir bien sûr travaillé sur soi, travaillé sur soi en profondeur ; pour être déjà ce que l’on appelle aligné. Il faut également, la compétence associée, maîtriser correctement et avec excellence les techniques et les méthodologies du coaching. Ceci est un véritable processus. Et c’est seulement dans un second temps que l’on pourra avoir une maîtrise de l’ensemble. C’est-à-dire à la fois c’est alignement par un travail en profondeur, et les outils associés.

 

Comment peut-on avoir cette expertise au niveau d’un coach d’élite sur la notion de la maîtrise ? C’est tout simplement en utilisant les outils et par la ré-pé-ti-tion. Voici le deuxième point très important, par la répétition. Je vais vous donner le cas d’une de nos apprenantes, qui fait donc la formation pour être coach d’élite. Elle en est aujourd’hui à son troisième client, elle en aura bientôt un quatrième. Sur les deux premières séances d’anamnèse, nous faisions des points un peu avant et elle me rappelait après en me disant ce qu’elle avait fait, ce qui était déjà très bien. En même temps, on discutait ensemble pour élargir sa vision de l’anamnèse. Suite à ça, elle a fait sa troisième séance d’anamnèse qui était merveilleuse. Elle m’a confié : « Je me suis éclatée ! Vraiment, je me suis sentie très très bien. J’étais dans l’écoute de mon client, je rebondissais, je comprenais, etc. Et il y a plein de choses qui se sont passées. » Vous voyez qu’à la troisième anamnèse, elle était beaucoup plus détendue.

 

Par rapport à tout ça, cette vraie technique de coach d’élite s’apprend. Pour être un coach d’élite, c’est un processus qui peut aller jusqu’à 15 mois. 15 mois, donc, pour acquérir des outils de coaching performants, et être toujours à la pointe. Parce qu’il est aussi important d’être à la pointe par rapport à ce qui se passe dans le domaine.

 

Je vais vous donner un exercice simple à réaliser aujourd’hui – que des occasions, aucune obligation – c’est d’être honnête envers vous et de vous demander : « Qu’est-ce que je pourrais améliorer pour me rapprocher de cette posture, de cette attitude ? » Et soyez indulgents avec vous. Est-ce que vous avez cet alignement en profondeur ? C’est-à-dire vraiment cette connexion à l’être. Et avec une grande maîtrise des outils et du processus de coaching associé. Alors, n’oublions pas que nous faisons un formidable métier. Ne jouons pas aux apprentis sorciers.

 

Je vais vous souhaiter une très belle journée, et je vous retrouve demain sur le prochain défi. Je vous embrasse.